Album Grieg Pièces Lyriques Vol. 2

by Ziad Kreidy

Grieg · Pièces Lyriques opus 54, 57, 62
(Piano à queue Pleyel n° 59194 circa 1874)
Maguelone, Paris, 2018

Les années 1870 n’ont pas connu de consensus en ce qui concerne la fabrication de pianos. Contrairement à son concurrent Érard, Pleyel avait été impressionné par le modernisme américain de Steinway à l’Exposition Universelle de Paris en 1867. Suite à cette découverte, il abandonna en 1869 la disposition parallèle des cordes de ses pianos de concert. Le croisement des cordes n’était pas du tout une évidence à l’époque et Pleyel fabriquait concomitamment des pianos droits et à queue avec des cordes parallèles. Le piano utilisé pour cet enregistrement représente le premier modèle de Pleyel à cordes croisées, avec toutefois un croisement moins affirmé que les modèles ultérieurs. Hormis cela, il est de fabrication traditionnelle. Il possède un cadre serrurier en acier assemblé, à l’ancienne, qui n’est pas coulé d’un seul bloc. Sa mécanique comporte deux bâtons d’échappements avec des ressorts à lames en ivoire. Quelques années plus tard, Pleyel la substituera par la mécanique à double échappement d’Érard. Ce magnifique instrument, trouvé à l’abandon en région parisienne, n’a été fabriqué par Pleyel que pendant un court laps de temps. À mi-chemin entre les pianos à cordes parallèles et ceux avec un cadre en fonte, il témoigne d’une facture française fière de son héritage, tout en ayant adopté un modernisme venu de l’étranger.